Alcool

Alcool et les jeunes

Il est important de souligner que la consommation d’alcool en bas âge n’est pas un phénomène isolé au Canada.

Près de 80% des jeunes Canadiens de 15 ans et plus ont déclaré avoir bu de l’alcool au cours de la dernière année. L’alcool est la première substance que la majorité des jeunes de 12 à 17 ans essaieront en tout premier. (Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues (ECTAD) Octobre 2018)

Nombreuses sont les raisons qui peuvent motiver un jeune à boire de l'alcool.

L’adolescence est une période passionnante mais peut aussi s’avérer une période où la pression des pairs, l’ennui, la prise de risques et le besoin de s’intégrer deviennent des facteurs importants de la vie d’un adolescent. Il peut arriver que l’opinion et les actions des amis de votre adolescent semblent avoir plus d’importance que les vôtres.

Les jeunes peuvent boire parce qu’ils souhaitent s’intégrer, ressembler à leurs amis ou à leurs ainés (frères et soeurs), ou parce que c’est ce qu’ils sont à même de voir autour d’eux, lors de festivités ou sur les réseaux sociaux. Ils peuvent aussi copier vos habitudes de consommation ou se servir de l’alcool comme relaxant ou pour faire face au stress ou à l’anxiété qu’ils ressentent.

En examinant les habitudes de consommation d’un adolescent, on peut très clairement prédire ce que sera sa consommation d’alcool et les impacts à l’âge adulte. En d’autres termes, plus une personne commence à boire jeune, plus élevés sont les risques d’avoir des problèmes reliés à sa consommation incluant des effets néfastes sur sa santé plus tard dans sa vie. (Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substance - directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada)

La consommation massive d'alcool, l'intoxication alcoolique, la conduite en état d'ébriété et la dépendance à l’alcool chez les jeunes sont des préoccupations que nous avons tous en tant que parents.

Les risques de la consommation d’alcool chez les jeunes?

L’alcool est un dépresseur qui ralentit le fonctionnement du système nerveux central, y compris le cerveau. Les jeunes sont en effet plus à risque lors d’une consommation d’alcool précoce car les fonctions exécutives du cerveau telles que la prise de décision, la motivation, les émotions, la récompense et la capacité d’évaluer les comportements à risque ne sont pas encore pleinement développées et ne le seront pas avant l’âge de vingt-cing ans.

Les jeunes sont également plus susceptibles d’avoir des lésions cérébrales induites par l’alcool, ce qui pourrait contribuer à de mauvaises performances scolaires ou au travail.

Lorsque les jeunes consomment une grande quantité d’alcool, à court terme, ils risquent des blessures accidentelles, d’être impliqués dans des accidents de la route ou même, une intoxication alcoolique. En état d’ébriété, ils peuvent être plus vulnérables aux agressions, à la coercition sexuelle et aux problèmes de santé mentale tels que la dépression et l’automutilation, car l’alcool nuit au jugement, au raisonnement et à la capacité d’évaluer les risques.

La consommation fréquente ou régulière d’alcool a des conséquences sur la santé physique et le bien-être mental de tous, y compris des jeunes. Les effets à long terme de la consommation abusive d’alcool comprennent les troubles liés aux substances, des troubles de mémoire, d’apprentissage, de réussite scolaire, un risque accru de décrochage scolaire et bien sûr, un plus grand risque de certaines maladies chroniques, telles que les maladies du foie, les accidents vasculaires cérébraux et le cancer.

Autres risques de la consommation d’alcool chez les jeunes 

L'alcool et la conduite automobile  -  Les accidents de la route sont la première cause de décès chez les jeunes Canadiens.

Les accidents de la route sont la principale cause de décès chez les 16 à 25 ans et la conduite sous l’influence de l’alcool et/ ou d’autres substances est un facteur en cause dans 55% de ces accidents. (MADD Canada) 

Il est extrêmement important d'avoir des conversations fréquentes sur l'alcool au volant avec votre ado (y compris le fait d'être passager dans une voiture avec un conducteur aux facultés affaiblies) avant qu’il ou elle commencer à conduire.

Les jeunes qui consomment de l’alcool (avec ou sans autres drogues) doivent comprendre que leurs aptitudes nécessaires pour conduire seront grandement affectées. Un conducteur aux facultés affaiblies met en jeu non seulement sa propre sécurité mais celles de tous ceux sur la route, y compris leurs passagers, les cyclistes, les autres conducteurs et les piétons.

Boissons alcoolisées purifiées 

Ces boissons, telles que les «coolers», vendues en portions individuelles grand format, sont souvent à haute teneur en alcool et très sucrées ce qui masque le goût de l’alcool et engendre une surconsommation involontaire. Certains de ces produits contiennent autant d’alcool que quatre verres de boissons alcoolisées standard. Les effets ne se font pas ressentir immédiatement et peuvent accroître les risques de surconsommation. La consommation d’une seule boisson alcoolisée purifiée pourrait suffire à intoxiquer un jeune et deux de ces boissons pourraient entraîner la surconsommation involontaire et l’intoxication aiguë par l’alcool, y compris une hospitalisation et voire, un risque de décès. (Santé Canada, mai 2019) 

Les beuveries 

Une beuverie qualifie la prise de plusieurs consommations en une seule occasion. Selon les directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada, cela veut dire 5 consommations standard pour un homme et 4 pour une femme. Boire pour s’enivrer augmente les risques pour la santé et la sécurité des jeunes.

Surdose d'alcool

Toute personne qui consomme de l’alcool trop rapidement peut se retrouver avec une surdose (overdose) d’alcool. Les adolescents et les jeunes adultes qui se livrent à des beuveries sont particulièrement à risque. Une surdose d’alcool peut se produire quand il y a tellement d’alcool dans le sang d’un individu que les zones du cerveau qui contrôlent les fonctions vitales — telles que la respiration, le rythme cardiaque et la température du corps — se mettent à ne plus fonctionner.

Les signes critiques et les symptômes d’une surdose d’alcool sont les suivants :

• confusion, stupeur ;

• difficulté à demeurer conscient ou incapacité à se réveiller ;

• vomissements ; • crises d’épilepsie;

• respiration lente (moins de 8 respirations à la minute) ;

• respiration irrégulière (10 secondes ou plus entre chaque respiration) ;

• pouls lent ;

• peau moite ;

• réactions apathiques, telle que l’absence de réflexe nauséeux (qui empêche la suffocation) ;

• température corporelle extrêmement basse, peau bleuâtre ou pâleur.

Une surdose d’alcool peut entraîner des dommages permanents au cerveau ou provoquer la mort.

Apprenez à connaître les signes de danger et agissez rapidement : Ne jouez pas au médecin – les douches froides, le café bien chaud ainsi qu’une bonne marche ne peuvent pas neutraliser les effets d’une surdose d’alcool – composez le 911 sur le champ.

Parlez de l'alcool avec votre enfant - tôt et souvent

Beaucoup de jeunes ne comprennent pas vraiment les risques potentiels liés à l’alcool et à d’autres drogues. En tant que parent ou proche, être informé sur l’alcool et ses effets sur les jeunes peut grandement vous aider à amorcer tôt des conversations ouvertes et honnêtes avec vos pré-adolescents et adolescents.

Des conversations équilibrées sur l’alcool peuvent avoir un impact positif sur les choix que feront vos jeunes alors qu’ils se dirigent vers l’âge adulte et cela les aidera à prendre des décisions responsables en ce qui concerne leur consommation.

Consommer de l’alcool fait partie intégrante de notre culture et il y a de fortes chances que votre adolescent ait déjà pris une bière ou quelque chose de plus fort.  Même si vous préféreriez que vos jeunes attendent d’être plus vieux pour commencer à boire, discutez de leur consommation d’alcool avec eux calmement et de façon respectueuse. Rappelez-leur que vous serez là pour eux s’ils se retrouvent dans une situation embêtante ou risquée à cause de l’alcool.

Faites connaître les Directives de consommation d’alcool à faible risque à votre ado et discutez-en pour voir s’il s’agit de conseils qu’ils peuvent suivre.

Vous recherchez plus d'informations sur l'alcool ainsi que des suggestions utiles sur la manière d'entamer ces conversations importantes avec votre enfant?

Téléchargez la brochure Les jeunes et l'alcool ici : 

 

Autres ressources: 

Centre canadien sur les dépendances et l'usage de substances - CCDUS

Les jeunes et l'alcool - CCDUS

MAAD Canada

Educalcool

Educalcool - Ados et alcool

Alcool et parents

Jeunesse J’écoute